Petite série d’article sur la perception de l’espace, du territoire et de la ville par les sciences humaines. Ce qui peut intéresser bien sur la problématique du tourisme et e-tourisme…

Anthropologie de l’espace selon MAUSS

L’espace est le cadre de vie en société ainsi que la dimension sociale. En quoi est-il dimension ? L’espace ici n’est pas pris dans le sens philosophique, ni physique ou concret, ni écologique. On parle d’espace comme dimension du social i.e comme Durkheim l’écrit en 19000, la manière d’organiser l’espace, n’est pas indépendante du fonctionnement de la vie sociale, bien au contraire, le système social modèle l’espace pour ses propres besoins. Il y a interaction entre le social et le spatial.

Plus tard Marcel MAUSS dans «  de quelques formes primitives de classifications » parle de de la faculté pour toutes sociétés de distinguer, distribuer et attribuer sur le substrat matériel, la forme de l’espace. L’espace est au coeur de la vie sociale.

Dans les formes élémentaires de la vie religieuse, il définit ce rapport espace-société : l’organisation de la société se communique habituellement à l’espace qu’elle occupe, donc l’espace est divisé, différencié, orienté en fonction de cette société; chaque type de société donne à son espace , sa spécificité culturelle. L’espace est plus que le reflet de la société, c’est une catégorie culturelle comme le temps [à ce titre, et pour se rapprocher plus directement de la thématique de ce blog , on se rappelle le grand texte de Manuel Castells sur « l'ère de l'information : la société en réseaux », où il décrivait le monde en train de se transformer sous l'égide de la révolution numérique en grands centres géographiques capables d'accueillir et faire développer le « paradigme informationnel »...].

Mauss montre de manière pragmatique la relation espace/société dans « Essai sur les variations saisonnières des sociétés esquimaux ». Il propose une étude de morphologie sociale selon les saisons : en effet les variations obligent les esquimaux à transformer leur mode de vie et leur substrat matériel . En hiver, l’habitat est collectif ce qui favorise les relations, la religion, la création de règles et. En été l’habitat est individuel, dispersé, c’est la période du travail. Ce que nous montre l’anthropologue c’est que tout se transforme, en particulier l’espace. Au moment précis où la forme de groupement change, l’espace aussi est remodelé.