Oui, dans l’article précédent on évoquait la psycho-géographie des années 70, grâce à une sorte de “dérive” à laquelle nous invitait un certain “Guide du Tourisme Expérimental” aujourd’hui en 2012 …

En fait il faut savoir que les années 70 en France ont été le siège d’un intense débat créatif autour de tout ce qui pouvait être “géo”, géographique : je découvre actuellement la “géo-poétique” d’un kenneth White , poète et théoricien de l’espace, qui lui-même fut disciple de Deleuze et sa “géo-philosophie” . Les deux ont pour point de départ une philosophie de la terre, de l’expérience, qui se dispense de faire appel à aucun transcendantal.

Cependant une dispute eut lieu entre eux les deux théoriciens, l’un se voulant semble t-il d’une expérience vécue de l’espace (kenneth White) et parcourant divers lieux d’Europe de sa poésie , l’autre étant dans la tradition de l’intellectuel assis, de l’exercice de pensée  (Deleuze).

Ce qui est intéressant donc pour la thématique qui nous intéresse (le tourisme, les différents états du voyage, en particuliers liés au numérique) c’est cette créativité théorique autour de la géographie et ses usages philosophiques, symboliques ou pragmatiques durant cette période des années 60/70  : des concepts ou notions, des expériences sont peut-être à trouver, re-découvrir…